Le Printemps 2

Der Frühling

Der Mensch vergißt        die Sorgen aus dem Geiste,
Der Frühling aber blüht,        und prächtig ist das meiste,
Das grüne Feld      ist herrlich ausgebreitet,
Da glänzend schön      der Bach hinuntergleitet.

Die Berge stehn bedecket     mit den Bäumen,
Und herrlich ist die Luft         in offnen Räumen,
Das weite Tal           ist in der Welt gedehnet
Und Turm und Haus    an geln angelehnet.

Le Printemps

Les hommes oublient     les soucis nés de l’esprit,
Le printemps, lui, fleurit,        et presque tout resplendit,
Le champ est vert,    qui s’étend merveilleus’ment,
Là glisse et plonge             le beau ruisseau éclatant.

D’arbres les monts qui s’élèvent    sont recouverts,
Et l’air est merveilleux dans l’espace ouvert,
L’ample vallée      dans le monde est déployée,
Tour et maison         aux coteaux sont adossées.

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

©2018 Claude Neuman - Traduction de poésies Allemandes et Anglaises

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?