L’Eté 1

Der Sommer

Das Erntefeld erscheint,       auf hen schimmert
Der hellen Wolke Pracht,      indes am weiten Himmel
In stiller Nacht     die Zahl der Sterne flimmert,
Groß ist und weit          von Wolken das Gewimmel.

Die Pfade gehn entfernter hin,     der Menschen Leben,
Es zeiget sich        auf Meeren unverborgen,
Der Sonne Tag     ist zu der Menschen Streben
Ein hohes Bild,       und golden glänzt der Morgen.

Mit neuen Farben   ist geschmückt der Gärten Breite,
Der Mensch verwundert sich, daß sein Bemühn gelinget,
Was er mit Tugend schafft,   und was er hoch vollbringet,
Es steht mit der Vergangenheit   in prächtigem Geleite.

L’Eté

Champs et moissons paraissent,   des hauteurs là brille
La gloire du clair nuage;   dans l’ample ciel cependant,
Nombre d’étoiles    en la nuit calme scintillent,
Ample et puissant       est des nues le fourmillement.

Plus loin encore vont les sentiers,   et la vie humaine,
Se montre là,       de par les mers dévoilée,
Le jour solaire,    pour les humains à la peine
Est haute image,      et luit d’or la matinée.

De nouvelles couleurs   tout le jardin est décoré,
L’homme est émerveilllé            que ses efforts portent fruit,
Ce que sa vertu crée,   et ses hauts faits accomplis,
Se tiennent comme une glorieuse escorte  aux côtés des temps passés.

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

©2018 Claude Neuman - Traduction de poésies Allemandes et Anglaises

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?