L’Hiver 1

Der Winter

Wenn bleicher Schnee      verschönert die Gefilde,
Und hoher Glanz auf weiter Ebne blinkt,
So reizt der Sommer fern,     und milde
Naht sich der Frühling oft,    indes die Stunde sinkt.

Die prächtige Erscheinung ist,     die Luft ist feiner,
Der Wald ist hell,           es geht der Menschen keiner
Auf Straßen,     die zu sehr entlegen sind,     die Stille machet
Erhabenheit,   wie dennoch alles lachet.

Der Frühling scheint nicht     mit der Blüten Schimmer
Dem Menschen so gefallend,         aber Sterne
Sind an dem Himmel hell,    man siehet gerne
Den Himmel fern,     der ändert fast sich nimmer.

Die Ströme sind wie Ebnen,     die Gebilde

Sind, auch zerstreut,     erscheinender,     die Milde
Des Lebens dauert fort,         der Städte Breite
Erscheint besonders gut          auf ungemeßner Weite.

L’Hiver

Quand la neig’ pâle  s’en vient embellir les champs,
Et haut éclat    sur la plaine ample luit,
Charme l’été au loin,     et souvent
Doux, s’approche le printemps,    tandis que l’heure s’enfuit.

Merveilleuse est l’apparition,            l’air plus délicat,
La forêt claire,         pas un seul homme ne s’en va
Sur les routes,    qui sont par trop écartées,     silence, calme
La majesté,     comme rit cependant tout’ chose.

Même si brillent ses fleurs,         le printemps ne paraît
À l’homme aussi séduisant,      c’est que flamboient
Au ciel les astres clairs ,               l’on voit avec joie
Le ciel au loin,    qui ne change presque jamais.

Les rivières sont comme des plaines,   plus apparent
Est, quoiqu’épars,      ce qui a forme,         et s’étend
La vie dans sa douceur,    l’ampleur des cités
Bien nette apparaît là,   dans l’espace illimité.

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

©2018 Claude Neuman - Traduction de poésies Allemandes et Anglaises

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?