L’Hiver 5

Der Winter (V)

Wenn sich der Tag des Jahrs / hinabgeneiget
Und rings das Feld / mit den Gebirgen schweiget,
So glänzt das Blau des Himmels / an den Tagen,
Die wie Gestirn / in heitrer Höhe ragen.

Der Wechsel und die Pracht / ist minder umgebreitet,
Dort, wo ein Strom / hinab mit Eile gleitet,
Der Ruhe Geist / ist aber in den Stunden
Der prächtigen Natur / mit Tiefigkeit verbunden.

L’Hiver (V)

Quand l’an voit au déclin / s’en aller son jour,
Et que se taisent / les champs et monts alentour,
Alors le bleu céleste / sur les jours brille,
Qui telles étoiles / s’élèvent des hauteurs tranquilles.

Moins sont épanouis / la splendeur et le chang’ment,
Là où en hâte / glisse et dévale un torrent,
Mais dans les heures / où splendide la nature luit,
Est à la profondeur / l’esprit du repos uni.

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

©2018 Claude Neuman - Traduction de poésies Allemandes et Anglaises

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?