Robert Frost

The Oven Bird La Paruline Couronnée
There is a singer everyone has heard, Il est un chanteur qu’ont tous entendu déjà,
Loud, a mid-summer and a mid-wood bird, Bruyant, un oiseau d’été, un oiseau des bois,
Who makes the solid tree trunks sound again. Qui fait sonner à nouveau les solides troncs,
He says that leaves are old and that for flowers Il dit que sont vieilles les feuill’s et qu’en fait de fleurs,
Mid-summer is to spring as one to ten. L’été, dix fois moins que le printemps est fécond.
He says the early petal-fall is past Il dit « Les premiers pétal’s sont déjà tombés
When pear and cherry bloom went down in showers Des poiriers, et des cerisiers, tels que des pleurs,
On sunny days a moment overcast; Pendant les jours de soleil un moment voilés »;
And comes that other fall we name the fall. Et vient cette autre chut’, qu’est la chute automnale.
He says the highway dust is over all. Il dit « Partout sa poussièr’ l’autoroute étale ».
The bird would cease and be as other birds, L’oiseau se tairait, comm’ d’autres oiseaux des bois,
But that he knows in singing not to sing. Si ce n’était qu’il sait ne chanter quand il chante,
The question that he frames in all but words La question, qu’à demi-mot il formule là ,
Is what to make of a diminished thing. Est que comprendre, que faire d’une chos’ faiblissante?
Fire and Ice Feu et Glace
Some say the world will end in fire, Certains disent « le mond’ finira en feu »,
Some say in ice. Certains disent en glace.
From what I’ve tasted of desire J’ai goûté au désir, donc suis de ceux
I hold with those who favor fire. Qui préfèrent plutôt parier sur le feu.
But if it had to perish twice, Mais s’il fallait que deux fois il trépasse,
I think I know enough of hate Je crois en savoir assez de la haine
To say that for destruction ice Pour dire, en la destruction, qu’est la glace
Is also great Aussi souveraine,
And would suffice. Et suffit hélas.
On Looking Up by Chance at the Constellations En Observant par Hasard les Constellations
You’ll wait a long, long time for anything much On peut attendre avant que quelque chose
To happen in heaven beyond the floats of cloud N’arrive aux cieux sinon les nuages flottants
And the Northern Lights that run like tingling nerves. Et l’auror’ boréal’ comme un nerf qu’un frisson parcourt.
The sun and moon get crossed, but they never touch, Jamais ne se touchent lune et soleil, s’ils s’opposent,
Nor strike out fire from each other nor crash out loud. L’un n’enflamm’ l’autre, pas de fracas bruyant,
The planets seem to interfere in their curves Les planètes semblent se contrarier dans leur cours
But nothing ever happens, no harm is done. Mais aucun mal n’est fait, il n’arriv’ jamais rien.
We may as well go patiently on with our life, Ne cherchons dans le soleil, la lune ou les astres
And look elsewhere than to stars and moon and sun Les chocs et surpris’s qu’il nous faut pour garder l’esprit sain.
For the shocks and changes we need to keep us sane. Autant que l’on poursuiv’ patiemment notre vie.
It is true the longest drought will end in rain, C’est vrai, la plus longue séch’ress’ finira en pluie,
The longest peace in China will end in strife. La paix la plus longue en Chine finira en désastre,
Still it wouldn’t reward the watcher to stay awake Pourtant il sera déçu celui qui veille et observe,
In hopes of seeing the calm of heaven break Espérant voir les cieux calmes qui s’ennervent
On his particular time and personal sight. Pendant sa propre veille et son temps à lui.
That calm seems certainly safe to last to-night. Leur calme semble en tout cas assuré pour cett’ nuit.
Once by the Pacific Un jour, devant le Pacifique
The shattered water made a misty din. L’eau, faisant un vacarme brumeux, s’écrasait.
Great waves looked over others coming in, La vague immense une autre arrivant regardait,
And thought of doing something to the shore Et chose à présent pensait au rivage à faire
That water never did to land before. Qu’auparavant jamais ne fit l’eau à la terre.
The clouds were low and hairy in the skies, Bas et velus étaient les nuages aux cieux,
Like locks blown forward in the gleam of eyes. Tels que des boucles soufflées dans l’éclat des yeux.
You could not tell, and yet it looked as if Le rivage semblait, sans qu’on le pût jurer,
The shore was lucky in being backed by cliff, Avoir de la chance d’être aux falaises ancré,
The cliff in being backed by continent; Les falaises, d’avoir pour ancre le continent;
It looked as if a night of dark intent Il semblait bien qu’une nuit ayant sombres plans
Was coming, and not only a night, an age. Arrivait, et pas qu’une nuit, aussi un âge,
Someone had better be prepared for rage. Et que quelqu’un devait être prêt à la rage,
There would be more than ocean-water broken Que plus que l’eau de la mer serait brisé là
Before God’s last ‘Put out the light’ was spoken. Avant que dise enfin Dieu « Que lumière ne soit ».
Stopping by Woods on a Snowy Evening M’Arrêtant dans les Bois, un Soir de Neige
Whose woods these are I think I know. Je pense savoir à qui donc ils sont
His house is in the village, though; Ces bois-là: au village est sa maison;
He will not see me stopping here Il ne verra qu’un arrêt je fais là,
To watch his woods fill up with snow. Pour voir ses bois se remplir de flocons.
My little horse must think it queer Mon petit cheval doit penser: « Pourquoi
To stop without a farmhouse near Sans ferme alentour s’arrêter comme ça
Between the woods and frozen lake Entre des bois et un lac tout gelé,
The darkest evening of the year. Au soir le plus sombre que l’an verra? »,
He gives his harness bells a shake Et ses cloches au harnais fait tinter
To ask if there is some mistake. Pour demander si l’on s’est égaré.
The only other sounds the sweep Seuls autres sons, l’on entend le vent bruire,
Of easy wind and downy flake. Qui souffle en douceur, et la neige tomber.
The woods are lovely, dark and deep, Les bois sont sombres, profonds et m’attirent,
But I have promises to keep, Mais j’en ai, des promesses à tenir,
And miles to go before I sleep, Et à faire, des lieues avant de dormir,
And miles to go before I sleep. Et à faire, des lieues avant de dormir,
The Strong Are Saying Nothing Les Forts ne Disent Rien
The soil now gets a rumpling soft and damp, Meuble et humide, est le sol à présent retourné,
And small regard to the future of any weed. Et sans regard pour aucune herbe à venir,
The final flat of the hoe’s approval stamp Seul compte, au final, ce qui sera sarclé,
Is reserved for the bed of a few selected seed. Les sillons semés des graines qu’il vont choisir.
There is seldom more than a man to a harrowed piece. L’on voit rarement plus d’un seul homme par champ,
Men work alone, their lots plowed far apart, Les hommes travaillent seuls leur parcelle isolée,
One stringing a chain of seed in an open crease, L’un trébuchant derrière un charriot branlant,
And another stumbling after a halting cart. Et l’autre alignant des graines dans sa tranchée.
To the fresh and black of the squares of early mold Sur les carrés de sol labouré, frais et noirs,
The leafless bloom of a plum is fresh and white; Sont fraîches et blanches les fleurs sans feuilles des prunes,
Though there’s more than a doubt if the weather is not too cold Si même est le temps sans doute trop froid pour croire
For the bees to come and serve its beauty aright. Que viennent abeilles servir cette belle fortune.
Wind goes from farm to farm in wave on wave, Va le vent, vague après vague, de ferme en ferme,
But carries no cry of what is hoped to be. Mais sans porter de voix parlant d’espoir.
There may be little or much beyond the grave, Viendra beaucoup ou rien, la vie à son terme,
But the strong are saying nothing until they see. Mais rien ne disent les forts, attendant de voir.
Neither Out Far Nor In Deep Ni Bien Loin Ni Bien Profond
As long as it takes to pass Prenant son temps pour passer
A ship keeps raising its hull; Soulève sa proue le bateau
The wetter ground like glass Le sol qui est mouillé
Reflects a standing gull Miroir est pour l’oiseau
The land may vary more; Si terre boug’ davantage,
But wherever the truth may be- Au vrai, cela reste un mystère-
The water comes ashore, Mais l’eau vient au rivage,
And the people look at the sea. Et les gens regardent la mer.
They cannot look out far. Ni ils ne voient bien loin,
They cannot look in deep. Ni ils ne voient profond.
But when was that ever a bar Mais quand donc fut cela un frein
To any watch they keep? A aucun’ veille qu’ils font?
Into My Own En mon Domaine
One of my wishes is that those dark trees, Un de mes vœux est, vieux et résistants,
So old and firm they scarcely show the breeze, Ces arbres noirs montrant à peine le vent,
Were not, as ’twere, the merest mask of gloom, Qu’ils ne soient pas qu’un masque du destin,
But stretched away unto the edge of doom. Mais qu’ils s’étendent jusqu’à ce que vienn’ la fin.
I should not be withheld but that some day Qu’on ne me retienn’ pas, que puissent un jour
Into their vastness I should steal away, Vastes, leurs espaces, m’enclor’ pour toujours,
Fearless of ever finding open land, Moi, je n’ai pas peur que me manque l’ouvert,
Or highway where the slow wheel pours the sand. Ni l’autoroute qu’on sable pour l’hiver.
I do not see why I should e’er turn back, Je ne vois pas pourquoi m’en retourner,
Or those should not set forth upon my track Ni quelle raison auraient de me pister
To overtake me, who should miss me here Pour me reprendre, ceux qui pensent à moi
And long to know if still I held them dear. Et veulent savoir si je les regrett’ là.
They would not find me changed from him they knew– Ainsi qu’ils m’ont connu, ils me trouveraient–
Only more sure of all I thought was true. Seul’ment plus sûr de ce que je crois vrai.
0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

©2017 Claude Neuman - Traduction de poésies Allemandes et Anglaises

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?